Cité de mémoire | Notre expertise | Les documents sonores | Conversion analogique vers le numérique, choix des (...)
Accueil Contact
Nos prestations Nos références Notre expertise Qui sommes nous ? Actualités

Conversion analogique vers le numérique, choix des standards

La modulation sonore analogique envoyée par le lecteur (magnétophone, électrophone…) est numérisée en à l’aide d’un convertisseur analogique/numérique.

Cette conversion peut se faire au minimum au format 16 bit / 44,1 kHz (caractéristiques du CD-Audio) ou au mieux au format 24 bit / 192 kHz. Le signal numérique attaque ensuite une station audionumérique qui va l’enregistrer sur disque dur, sous forme de fichier. A partir de là, le fichier pourra être découpé (séquençage), restauré, normalisé, ou converti dans d’autres formats.

La numérisation dans un format haute résolution (24 bit / 96 kHz voire 192 kHz) peut se justifier dans les situations suivantes :

le support source offre un enregistrement de grande qualité
- en général les enregistrements sur bande magnétique à vitesse élevée sont d’une grande fidélité
- au contraire, numériser une microcassette dans un format haute résolution apparaît comme un gaspillage d’espace de stockage

une restauration numérique est envisagée dans le futur
- quand il s’agit de réaliser un traitement numérique sur du son, il est toujours préférable de travailler sur une source contenant un maximum d’information

Les supports numériques à l’origine (Minidic, DAT, CD-Audio) ne rentrent pas dans ce procédé de conversion analogique/numérique. Le signal est directement récupéré dans sa forme numérique et enregistré tel quel, avec éventuellement une conversion de la fréquence d’échantillonnage (par exemple une cassette DAT 48kHz numérisée en 44,1kHz).

Plan du site
Haut de page