Cité de mémoire | Notre expertise | Les documents vidéo | Histoire des supports
Accueil Contact
Nos prestations Nos références Notre expertise Qui sommes nous ? Actualités

Histoire des supports

L’enregistrement vidéo est fondamentalement différent de la pellicule photographique : les images captées par une caméra vidéo sont décomposées en lignes horizontales et traduites sous forme de signaux électriques, avant d’être stockées sur une bande magnétique.

Ce procédé a vu le jour dans les années 1950, avec le format 2 pouces (largeur de la bande), utilisé alors en télévision. Jusqu’aux années 1970, la vidéo était principalement réservée aux studios de télévision.

Ensuite c’est avec l’apparition de formats plus légers et moins coûteux que différents publics ont pu s’équiper : entreprises, institutions, amateurs, etc…

Les supports analogiques

Le format 2 pouces (quadruplex) est le premier format qui fut largement utilisé en télévision. Les magnétoscopes permettant d’enregistrer et lire ce format étaient particulièrement encombrants et sont aujourd’hui rares et difficiles à entretenir. A ce jour la plupart des bandes 2 pouces ont été migrées sur des supports plus récents.

Le format 1 pouce, plus léger, fut utilisé à partir de la fin des années 1960, jusqu’au années 1980, principalement en télévision. Différentes normes ont été exploitées : 1 pouce A, B et C.

Au cours des années 1970, l’apparition du format U-Matic avec sa bande de ¾ de pouce a permis de démocratiser plus largement l’enregistrement vidéo grâce à un format compact où la bande est protégée à l’intérieur d’une cassette. Différentes versions se sont succédées, du low-band initial au SP en passant par le high-band, apportant des améliorations qualitatives.

Pour succéder à l’U-Matic, la cassette Betacam et sa bande d’1/2 pouce a été introduite au début des années 1980, apportant un gain de qualité notable, surtout avec l’évolution SP.

La fin des années 1970 a vu éclore le marché de la vidéo grand public, avec le succès de la cassette VHS (aux dépends du format concurrent Betamax). Offrant une fidélité plutôt médiocre, le format VHS était très répandu du fait de son coût d’exploitation très faible. D’une qualité similaire, le format Video8 était destiné aux caméscopes, tandis que la version améliorée HI-8 était équivalente au format S-VHS.

Les supports numériques

Dans les années 1990 apparaissent des formats d’enregistrement vidéo numérique, toujours sur bande magnétique dans un premier temps.

Le Digital Betacam évolution numérique de la Betacam SP, fut jusqu’à très récemment le format privilégié pour la production et la diffusion de contenus en définition standard (SD).

Les différents formats DV (DV SP et LP ; DVCAM ; DVCPRO ; puis plus tard HDV) ont permis l’enregistrement numérique sur des caméras de taille réduite, pour une qualité inférieure au Digital Betacam (compression numérique de l’image).

Le format HDCAM, utilisant un format de cassette similaire au Digital Betacam, marqua l’arrivée de la haute définition dans le milieu professionnel.

Aujourd’hui, de plus en plus, les images tournées sont enregistrées directement sous forme de fichiers, sur disque dur ou mémoire flash.

D’autres formats que ceux cités ci-dessus, plus ou moins exotiques, ont vus le jour dans les 60 dernières années. Leur utilisation a été plus confidentielle et il est plus rare de rencontrer ces supports aujourd’hui.

Le standard

Différents pays ont développé leur standard vidéo chacun de son côté, pour des raisons techniques (l’Europe et les Etats-Unis n’ont pas les mêmes normes électriques) ou politiques (protectionnisme des fabricants locaux). Trois standards principaux se détachent :

- NTSC, format américain et japonais, à 30 images par seconde

- PAL, format européen, à 25 images / secondes, offrant une résolution supérieure au NTSC

- SECAM, format français comparable au PAL en qualité

Le SECAM a définitivement disparu avec l’avènement des formats numériques et de la haute définition, mais a été beaucoup utilisé sur les formats U-Matic et VHS. Le SECAM ne s’est pas développé sur les formats Betacam et Video8, en France c’est donc le PAL qui était utilisé.

Plan du site
Haut de page